Mitra Kadivar libre !

Mitra Kadivar libre !

Information stupéfiante du matin !

INSTITUT LACAN institut.lacan@gmail.com

COMITE D’ACTION POUR LA LIBERATION DE MITRA

COMMUNIQUE DU CALM Feb. 13 th 2013, 07 : 50 Paris Time

J’ai reçu à 7h 46 un courriel de S*, aka le Pr Siamak Movahedi, Professor and Chair of the Sociology Department, University of Massachusetts, Boston.

Ce courriel me dit : « This just came from a couple of psychiatrists: You can now relax. “Dear Dr Movahedi, I talked with dr Ghadiri a couple of minutes ago. He is discharging her from Hospital now. Sincerely yours,” »

J’ai répondu : « Please thank Dr Ghadiri for this wise decision. Would you give me your phone number ? I would like to congratulate you on this very emotional moment. Long live our friendship ! »

J’estime que cette information est exacte. Selon toute vraisemblance, Mitra est libre. J’attends avec confiance un appel ou un courriel d’elle ou de l’un de ses élèves.

Stay tuned !

Jacques-Alain Miller

——–

On retrouvera tous les attendus de cette desastreuse affaire dans le numéro spécial de Lacan Quotidien téléchargeable ici :  On nous écrit de Téhéran. On y verra comment une psychiatrie sans discernement s’est fourvoyée dans une pratique de police qui plus est instrumentalisée dans un conflit de voisinage mal élucidé. Une histoire comme on peut aussi en rencontrer chez nous….

Iran contre psychanalyse : L’appel de Jacques-Alain Miller : SOS Mitra

Iran contre psychanalyse : L’appel de Jacques-Alain Miller : SOS Mitra

Publié le 7.2.13 sur le site de La Règle du Jeu

Le docteur Mitra Kadivar

Attention ! Pas d’erreur ! La campagne pour Mitra n’est pas terminée, elle commence. C’est le moment du plus grand péril. Les autorités de l’University of Medical Sciences de Téhéran prennent le choc de plein fouet. Le Dr Mohammad Ghadiri, médecin-directeur de l’hôpital psychiatrique voit son nom diffusé dans tous les médias. Et non pas comme le nom d’un prix Nobel, mais comme celui du gardien de Mitra, l’homme dont, aux yeux du monde, dépend le bien-être de Mitra, la liberté de Mitra, la vie de Mitra.

Ce jeudi matin, pour la première fois depuis samedi, je n’ai pas trouvé dans ma messagerie de mail de Mitra. Peut-être boude-t-elle. Peut-être y a-t-il eu dans le lancement de la campagne quelque chose qui l’a chiffonnée. C’est une perfectionniste, Mitra. Mais peut-être le silence de ce matin est-il dû à un mouvement de mauvaise humeur du Dr Ghadiri. A-t-il coupé la connexion ? Ou bien, vu l’ampleur que va prendre cette affaire, des mains plus puissantes la pilotent-elles désormais en double commande ?

 

(suite…)

Rafah libérée !

J’ai reçu ce matin le message suivant, auquel j’ai répondu. JAM, 14h 23

 

Cher Jacques-Alain Miller,

Quel bonheur de savoir Rafah Nached libre ce matin!

C’est une immense joie et un soulagement très fort pour tous ceux qui comme vous se sont mobilisés avec force pour sa libération. Vos efforts n’ont pas été vains!

Cela montre que les pressions qui s’exercent sur ce régime portent leurs fruits, et qu’elles doivent continuer et s’intensifier pour dénoncer sans relâche la barbarie d’un régime qui fait aujourd’hui de son peuple un ennemi.

Croyez, cher Jacques-Alain Miller, en mes sentiments les plus cordiaux.

Martine Aubry »

 

Chère Martine Aubry,

La pensée que vous avez eue de m’écrire me touche profondément.

Je ferai connaître votre message à tous ceux qui se sont mobilisés pour Rafah,

et qui vous éprouvent, je le sais, de la gratitude pour votre action à leurs côtés.

Nous nous associons aux vœux que vous formez pour l’émancipation du peuple syrien.

Veuillez recevoir, chère Martine Aubry, les assurances de ma très haute considération,

et l’expression de mes sentiments chaleureux.

Jacques-Alain Miller

Interview de François Leguil

Interview de François Leguil

par Stella Harrisson pour l’Association Psychologues freudiens

Leguil

STOP DSM ! À la maison des cultures du monde, le 5 novembre. (*)

François Leguil, psychiatre, psychanalyste, a eu l’amabilité de répondre à plusieurs des questions que nous avions en tête sur la journée du 5 novembre, STOP DSM :
Pouvez-vous nous dire comment s’est mis en place ce travail, cette journée ?
Il s’agit d’un groupe qui se réunit sous l’égide de Patrick Landman et vise à rassembler tous ceux qui sont prêts à contrer ce DSM. Ce groupe se rencontre régulièrement depuis 2010, pour voir quelles alternatives à cette hégémonie du DSM , danger pour la clinique, sont possibles. Il y a eu un manifeste STOP DSM, signé par 2500 personnes, qui critique cette hégémonie et la conteste . Il propose d’autres modalités de classifications. On ne veut plus du tout de cela. P. Landmann, de l’Espace analytique, a contacté TOUTES les tendances et obédiences psychanalytiques et cliniques. Ce groupe rassemble donc le plus de tendances possibles pour la lutte contre le DSM, tous azimuts. Il est CONTRE l’esprit du DSM, sa philosophie, contre le projet que mène le DSM (…)

C’est à lire sur le site de l’Association Psychologues freudiens

La rentrée sera lacanienne

Bientôt trente ans que le Dr Jacques Lacan a disparu. Pourtant il n’a jamais été aussi présent, par son enseignement qui s’avère chaque jour plus visionnaire et par les outils conceptuels qu’il a forgés pour lui survivre. Lacan était psychiatre et jamais son apport n’aura été, pour la discipline, aussi indispensable pour parer les menaces qui s’ammoncellent sur l’humaine condition


Mardi 6 septembre 2011

Table ronde et débats avec le public

à l’occasion de la parution des livres et revues :

 

Jacques Lacan texte établi par Jacques-Alain Miller

Le séminaire XIX …ou pire,  

Je parle aux murs

Jacques-Alain Miller Vie de lacan (I-VIII)

Revue Le diable probablement Pourquoi Lacan

Revue La Cause freudienne Lacan au miroir des sorcières

Lacan quotidien en ligne 

Trente ans après la mort de lacan

Quelle politique et quelle stratégie pour la planète psy ?

Table ronde de l’école de la cause freudienne

animée par Martin Quenehen, producteur à France Culture

avec la participation de

Jacques-Alain Miller

La librairie tschann assurera la vente de tous les livres de la rentrée lacanienne devant la salleparticipation aux frais : 10€ à l’entrée ; la moitié pour étudiants de -26 ans et demandeurs d’emploi.
Renseignements : http://www.causefreudienne.net/

Ou pire : Un-tournant dans l’enseignement de Lacan !

Ou pire : Un-tournant dans l’enseignement de Lacan !

Parution du Séminaire de Lacan

 

« « Y a de l’Un ». Au cœur du présent Séminaire, cet aphorisme, passé inaperçu, complète le « Il n’y a pas » du rapport sexuel, en énonçant ce qu’il y a. Entendez, l’Un-tout-seul. Seul dans sa jouissance (foncièrement auto-érotique) comme dans sa signifiance (hors sémantique). Ici commence le dernier enseignement de Lacan. Tout est là de ce qu’il vous a appris, et pourtant tout est neuf, renouvelé, sens dessus dessous. » Jacques-Alain Miller

Un séminaire qui change la donne en matière de ladite « santé mentale » !  

Lacan a trente ans : le bel âge !

Lacan a trente ans : le bel âge !

Evénement : Jacques-Alain Miller rend sa Vie à Lacan :

 

 

Une bouffée d’air pur dans cette rentrée de commémoration marquée par un nouveau méchant petit livre de sa biographe obstinée.

Disponible sur ecf-echoppe

Lacan : je parle aux murs

Lacan : je parle aux murs

L’actualité éditoriale de Lacan c’est non seulement un nouveau Séminaire (Ou pire), mais aussi ces trois conférences à Sainte Anne aux internes en psychiatrie, qui lui sont contemporaines. Il y est question de la psychiatrie et du savoir. C’est un bijou de transmission :

Disponible dans toutes les bonnes librairies et sur ecf-echoppe.

Libé : une loi délirante

Libé : une loi délirante

SOCIÉTÉ 02/08/2011 Psychiatrie : une loi à rendre fou La législation sur l’hospitalisation sous contrainte est entrée en vigueur hier. Problème : les juges, amenés à prendre des milliers de décisions, n’ont pas reçu de moyens supplémentaires Par ERIC FAVEREAU Définition commune d’un état délirant : c’est un état incontrôlable. Eh bien, c’est tout à fait dans cette situation que se retrouve le monde de la psychiatrie en France depuis hier matin, lundi 1er août, date à laquelle est entrée en vigueur la législation sur les hospitalisations sous contrainte. Voilà une loi «confuse» aux yeux de tous les syndicats de psychiatres, et surtout extrêmement contraignante car, comme l’avait exigé le Conseil constitutionnel, tout malade hospitalisé contre sa volonté au-delà de deux semaines doit passer devant un juge des libertés et de la détention (JLD). D’un coup, ce sont plusieurs dizaines de milliers de décisions que la justice va devoir rendre en toute urgence.

(suite…)

Le psychiatre sous contrainte

A propos de la loi du 5 juillet 2011 organisant les soins psychiatriques sous contrainte

par Pierre Sidon

Au fond tout avait commencé par une prise d’otages dans une école maternelle à Neuilly et non pas à Antony. Et peut-être bien même avant, qui sait, dans l’enfance du sujet, à Neuilly aussi d’ailleurs : une mission, plusieurs fois menée à bien et parfois même avec un certain courage : sauver des êtres, en en recueillant à l’occasion les bénéfices politiques mais aussi parfois, plus tard on le verrait avec la Colombie, la Libye, le Mexique…, pour un bilan plus mitigé. Eh quoi ? Nous la connaissons bien cette mission : c’est à l’occasion au-moins une vocation, et la notre bien souvent. A ceci près qu’entre vocation et mission l’écart n’était peut-être rien moins que celui qui séparait identification au désir et « identification sans médiation », ici probablement identification rousseauiste à la victime témoignant du rejet de la culpabilité, d’un statut d’innocence. Et puis il y eut ce passage à l’acte meurtrier d’un patient en permission de l’hôpital psychiatrique de Saint-Egrève : une récidive après deux agressions graves. Et cette déclaration impudente du directeur de l’hôpital, démissionné à la suite parce qu’il avait anticipé l’enquête administrative et couvert ses médecins de son aile protectrice. Comment notre sujet eut-il pu ne pas s’investir dans sa mission salvatrice dès lors qu’il était désormais rien moins que… Président de la République ?

(suite…)

Evaluations : pièges à c…

Evaluations : pièges à c…

Ministres notés : Luc Châtel réalise le voeu de Nicolas Sarkozy. Et écope d’un zéro pointé.

Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, Luc Châtel, ministre de l’Education nationale a été collé par une question du livret d’évaluation des CM2. : « 10 objets identiques coûtent 22 euros. Combien coûtent 15 de ces objets ?» Luc Chatel a répondu : 16,50 euros.

Cependant nous trouvons que la question est, comme souvent dans l’éducation nationale, mal formulée et sommes à chaque fois frappés par la sorte de solécisme des énoncés proposés à nos petits. Ici l’énoncé gagnerait, à notre sens, que soit précisée l’idée de somme dans la question : « 10 objets identiques coûtent en tout 22 euros. Combien coûtent 15 de ces objets ? » Il faut croire que l’arithmomanie relative à longue pratique de précurseurs de l’évaluation à l’Education Nationale a durablement atteint chez eux la fonction de la parole et de l’écriture. Précurseurs donc, dans tous les domaines.